Home SportConseils Vélo : s’équiper à petit prix pour l’hiver

Vélo : s’équiper à petit prix pour l’hiver

by Gwenaëlle
0 comment 1002 views

Hello ! L’hiver est désormais bien installé et si vous pratiquez aussi le vélo de route, vous savez qu’il ne s’agit pas vraiment de notre saison de prédilection :-) C’est le deuxième hiver que j’ai mon vélo et pour l’instant je n’ai pas vraiment le budget pour un home trainer et tout l’équipement qui va avec (nouvelle roue…) alors je vous partage mes astuces pour continuer les entrainements en hiver.

Même s’il ne s’agit pas toujours des entraînements les plus sympas dû aux conditions, je rappelle qu’on ne choisit jamais sa météo lors d’une course alors ce n’est pas forcément une mauvaise chose que de s’habituer à rouler lorsqu’il y a du vent ou que le sol est mouillé – je pense que les participants du 70.3 de Aix en 2018 s’en souviennent encore… :)

L’année dernière, ma grosse course objectif de l’année était fin octobre, je pouvais me permettre de bien lever le pied en hiver et reprendre les entrainements petit à petit au printemps. Cette année ma course objectif est en août, c’est plus tôt que d’habitude et je pense que ce serait une erreur que d’arrêter complètement le vélo pendant 3-4 mois… Je suis inscrite dans une salle de sport à l’année alors je vais continuer les cours de RPM une fois par semaine pour bosser l’intensité sur 45min et je vais essayer d’aller rouler les WE, dès que la météo le permettra (= pas de tempête, pas d’averses.)

L’équipement en vélo coûte de base très cher, et s’équiper pour l’hiver est encore un autre budget qu’il faut pouvoir se permettre (pour avoir une idée, une veste peut vite coûter 100€, un cuissard hiver c’est au moins 50€…) L’année dernière j’avais envie de sortir mon vélo pour quelques sorties mais je n’avais pas beaucoup de budget à y consacrer…

Rouler en hiver à petit prix :

1/ Réutiliser les pièces que l’on a déjà.

Si vous n’avez pas le budget pour un cycliste long d’hiver, vous pouvez très bien utiliser votre cycliste d’été et rajouter simplement par dessus un legging de sport classique. Voilà pour 0€, vous êtes équipés pour le bas :) C’est tout bête, mais personnellement je n’y avais pas pensé avant d’avoir le déclic un jour. En cas de grand froid, vous pouvez également rajouter un collant si besoin.

Pour le haut, je réutilise également toutes les affaires que je possède déjà, notamment pour la course à pied, les randonnées, etc. Je garde ma brassière et mon tee-shirt vélo d’été et je rajoute un vêtement technique pour tenir chaud et une veste kway pour couper le vent. Autant en course à pied on peut se permettre de moins se couvrir car on se réchauffe fortement, en vélo il est plutôt conseillé de se couvrir plus que ce qu’on ne pourrait supporter en mode statique. Avec la vitesse et le vent, le ressenti est souvent encore plus froid que la température actuelle. Bref, vous l’aurez compris, la technique de l’oignon sera votre meilleure amie.

2/ Investir dans les pièces qui feront toute la différence.

A vélo, on prend très vite froid aux extrémités qui restent statiques (mains, pieds). L’année dernière j’ai investi dans 2 accessoires qui m’ont vraiment changé la vie :

Les sur-chaussures :
J’ai découvert cet accessoire l’année dernière, et clairement c’est révolutionnaire ! En matière néoprène, les sur-chaussures se placent par dessus vos chaussures habituelles de vélo et vous permettent d’être bien isolé en préservant vos pieds du froid. Celles-ci m’ont coûté 34€, il y a moins cher mais j’ai voulu prendre du milieu de gamme pour être bien protégée. Seul petit bémol sur la coupe, la taille correspond tout à fait à ma pointure de chaussure, par contre impossible de fermer les chaussures jusqu’en haut car mes mollets sont trop gros :( (C’est pas optimal pour l’isolation du coup…) L’année dernière je ne pouvais vraiment pas les fermer, cette année en forçant beaucoup ça passe presque (aurais-je maigri du mollet ? :P)

Les gants :
Il est d’autant plus important de garder ses mains au chaud afin de rester réactif pour freiner. Il n’y a rien de plus dangereux que d’avoir les doigts engourdis et ne plus réussir à manier son guidon. Les miens ne m’ont pas coûté très chers (24€) et tiennent bien chaud (j’ai roulé par 2 degrés fin décembre) mais ils ne sont pas imperméables. Je me souviens avoir eu plus froid l’année dernière sur une sortie où il avait bien pluviotté.

En gros, l’année dernière ma tenue d’hiver m’a couté 58€, ça reste raisonnable. Bien sûr, tout dépend de la région où vous vivez et des conditions climatiques. Par exemple, ma tenue actuelle n’est vraiment pas optimisée s’il pleut. Et gardez en tête que l’équipement s’acquiert petit à petit, cette année par exemple je vais profiter des soldes pour compléter ma collection et me prendre une veste de cyclisme qui tienne assez chaud car l’hiver est plutôt frisqué.

 

 

Rouler en hiver c’est aussi pouvoir profiter d’un bel après-midi ensoleillé, faire le plein de vitamine D et admirer un magnifique coucher de soleil avec la lumière d’hiver.

A bientôt !

A lire en suivant

Laisser un commentaire